L‘excision, également connue sous le nom de mutilation génitale féminine ou excision clitoridienne, est une pratique très courante dans plusieurs pays du monde, principalement en Afrique, en Malaisie, en Indonésie et dans la péninsule arabique, mais elle est totalement interdite dans la grande majorité des pays. C’est pourquoi beaucoup de gens peuvent avoir des doutes et ne pas savoir exactement de quoi il s’agit.

L’excision est une intervention chirurgicale qui consiste à enlever partiellement les organes génitaux externes de la femme, comme le clitoris ou les petites lèvres. Tous les spécialistes s’accordent à dire que les mutilations génitales féminines sont inacceptables, surtout si elles sont pratiquées sur des filles, car il s’agit d’une violation de leurs droits, d’une privation de leur corps et d’une pratique dangereuse. C’est pourquoi, si vous voulez en savoir plus sur ce processus traditionnel des diverses communautés, nous vous expliquons dans l’article suivant ce qu’est l’excision.

Différentes procédures de circoncision chez les femmes

L’ablation des organes génitaux féminins peut suivre des procédures différentes et se concentrer sur une seule structure ou couper les plis qui l’entourent. En général, cette pratique peut être classée en quatre types :

  • Clitoridectomie : est l’une des interventions les plus fréquentes pour les mutilations génitales féminines et consiste à pratiquer une résection partielle ou totale du clitoris, le petit organe érectile le plus sensible de la zone intime féminine. Dans de très rares cas, la même procédure peut être effectuée sur le prépuce, le pli de peau autour du clitoris formé par la partie supérieure des petites lèvres.
  • Excision : Un autre type de circoncision féminine dans lequel une résection partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, connue sous le nom de plis internes de la vulve, est pratiquée. Cette technique peut être réalisée avec ou sans excision des grandes lèvres, c’est-à-dire les plis de la peau à l’extérieur de la vulve.
  • Infibulation : Il s’agit d’une technique qui consiste à rétrécir l’ouverture vaginale en la scellant. Ensuite, le spécialiste coupe habituellement les petites ou grandes lèvres et il peut y avoir ou non une résection du clitoris ; cependant, il est plus fréquent que le clitoris soit enlevé.
Ce dernier cas peut être défait en utilisant la technique connue sous le nom de défibulation, dans laquelle une coupe doit être faite pour éliminer le processus précédemment effectué. De cette façon, l’ouverture vaginale précédemment scellée est rouverte.

Conséquences de la mutilation génitale féminine

Bien que de nombreuses communautés pratiquent souvent la circoncision sur les femmes, ce n’est pas en raison des avantages pour la santé qu’elle peut apporter, car elle n’en offre pas, mais plutôt l’inverse. La caractéristique principale est la forte réduction des désirs sexuels, les rendant incapables d’éprouver un orgasme, de sorte qu’il suit une approche plus socioculturelle sans tenir compte des dangers que cette mutilation peut générer chez les femmes.

Il y a aussi un certain nombre de conséquences à court terme auxquelles les femmes font face à la suite de l’ablation de leurs organes génitaux, qu’elle soit totale ou partielle, y compris les suivantes :

  • Saignement.
  • Difficultés urinaires.
  • Douleur intense et fièvre.
  • Lésions dans différents tissus à proximité.
  • Infections telles que le tétanos ou autres.
  • Il peut causer la mort dans certains cas.

Alors qu’à long terme, les complications les plus fréquentes chez les femmes soumises à cette mutilation génitale sont :

  • De grandes difficultés sexuelles telles que la faible satisfaction, la douleur pendant les rapports sexuels, l’anorgasmie, parmi tant d’autres.
  • Infections des voies urinaires et graves difficultés vaginales.
  • Les problèmes de menstruations deviennent très douloureux, avec peu de circulation et des difficultés dans le flux sanguin normal.
  • Les complications de l’accouchement augmentent considérablement et le risque de décès néonatal augmente.
  • De nombreux troubles psychologiques tels que l’anxiété, la dépression, le stress, le manque d’estime de soi, entre autres.

Pays où l’ablation est pratiquée

Bien que la mutilation génitale féminine ou la mutilation clitoridienne soit largement identifiée à l’Islam, la réalité est que la pratique est plus largement connue, remontant à l’Egypte ancienne et, bien que son origine ne soit pas connue, on pense qu’il pourrait s’agir d’une sorte de rite initiatique de certaines régions d’Asie centrale. Cependant, elle n’est pas seulement limitée à la zone géographique de l’Islam ou de l’Afrique, l’excision est documentée sur la plupart des continents.

Les Nations Unies ont fait de la lutte contre les mutilations génitales féminines l’un de leurs objectifs prioritaires pour la prochaine décennie. En fait, ils veulent éradiquer cette pratique d’ici 2030. De même, l’Union africaine fait de grands efforts pour mettre fin à cette pratique cruelle. En fait, en quelques années seulement, le pourcentage de femmes ayant subi des mutilations génitales a chuté de façon spectaculaire. Si nous comparons les femmes âgées de 15 à 40 ans, où, dans de nombreux pays africains, le pourcentage de femmes mutilées était supérieur à 90%, et celles de moins de cet âge, nous pouvons constater que les chiffres ont baissé de manière significative.

Malgré cela, les pays où l’ablation est le plus souvent pratiquée sont les suivants :

  • Soudan, 32 pour cent
  • Mauritanie, 54%.
  • Gambie, 56%.
  • Indonésie, 49%.
  • Guinée, 46%.
  • Érythrée, 33
Les pourcentages indiquent le nombre de filles âgées de 0 à 15 ans qui ont subi des mutilations génitales féminines.

Bien que les raisons de la circoncision chez les femmes varient d’une région à l’autre, de la société, de la religion et du temps, en raison de divers facteurs socioculturels, certaines des raisons les plus courantes de la circoncision peuvent être détaillées :

  • Dans les sociétés où l’excision est une norme, on craint le rejet, l’exclusion, la pression des proches et d’autres facteurs qui influencent la poursuite de cette pratique.
  • Dans certaines cultures, cette mutilation génitale est considérée comme indispensable à l’éducation d’une fille, car elle est considérée comme un moyen de la préparer au mariage et à la vie d’une femme adulte.
  • Dans de nombreux cas, la circoncision est utilisée comme comportement sexuel acceptable. En d’autres termes, il est utilisé dans les cultures où l’on cherche à ce qu’une femme devienne vierge dans le mariage. Dans le même temps, on pense qu’il réduit le désir sexuel des femmes et contribue ainsi à maintenir la fidélité, en évitant la tentation féminine de maintenir des relations extraconjugales.
  • Certaines sociétés prétendent que les mutilations génitales féminines facilitent grandement l’obtention d’un mari pour une femme.
  • On pense que pour que les femmes soient pures et belles, les parties impures ou celles qui vont à l’encontre de ce qu’elles considèrent comme un modèle de féminité, c’est-à-dire les parties génitales, doivent être retirées de leur corps.
  • Certaines religions ou rituels qui encouragent ce type de pratique.

Bibliographie

  • Les mutilations génitales féminines – apps.who.int (voir)
  • Rapport sur les droits humains et la pratique des (voir)
  • Que faire pour mettre fin à la pratique des mutilations (voir)
  • FICHE D’INFORMATION – unicef (voir)
  • CHANGER UNE CONVENTION SOCIALE NEFASTE : LA PRATIQUE DE L (voir)
  • Les mutilations génitales féminines (MGF) (voir)
  • Mutilations sexuelles féminines : données et bonnes pratiques (voir)
  • guide pratique pour les femmes étrangères victimes de (voir)
  • Les mutilations génitales féminines en Afrique (voir)

A propos de l'auteur

Chloé

Plus qu'une poignée d'année avant de pouvoir enfin exercer. J'ai choisi la médecine généraliste pour pouvoir aider le plus grand nombre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.