La leptospirose ou maladie de Weil est une maladie d’origine bactérienne, qui représente un problème majeur de santé publique en raison de sa répartition dans le monde et du fait qu’elle a la capacité de manifester ses symptômes à la fois chez l’homme et chez des centaines d’animaux sauvages et domestiques. Son apparition est généralement liée à l’exposition à des aliments contaminés qui permettent la transmission d’un animal infecté à l’homme, bien que dans certaines circonstances, il soit plus susceptible de se produire dans d’autres situations – voulez-vous savoir quelles mesures prendre si vous êtes soupçonné d’être ou connaissez quelqu’un qui peut être infecté par la maladie ? Nous vous invitons à poursuivre la lecture de notre article sur la leptospirose : symptômes, transmission et traitement.

Maladie de Weil : causes de la leptospirose

Parfois aussi appelée maladie de Weil, la leptospirose est une maladie causée par une bactérie du genre leptospira, à qui la maladie doit son nom. Les bactéries qui causent la leptospirose ont la capacité de survivre chez les humains et une grande variété d’animaux allant des animaux de ferme comme les vaches et les porcs, des animaux sauvages comme les rats et même des animaux domestiques comme les chiens, et peuvent même présenter des symptômes chez ces animaux.

Les bactéries qui causent la leptospirose ont la capacité de traverser les muqueuses de la bouche, du nez, de la gorge et des yeux en restant en contact avec ces surfaces assez longtemps. La transmission de la leptospirose se produit généralement soit par un mécanisme direct, soit par un mécanisme direct :

  • Contact de la personne avec du sang, de l’urine ou des tissus infectés
  • Par l’ingestion d’aliments et d’eau contaminés par le Leptospira.
D’autre part, la transmission peut également se produire par un mécanisme indirect beaucoup plus fréquent, qui implique le contact de la peau ou de la muqueuse avec le sol, des objets ou des liquides contaminés par l’urine d’animaux infectés.

La leptospirose peut être observée dans les zones rurales et urbaines et dépend fortement de l’état de santé de la population, et a souvent une prédilection pour les régions tropicales. Cependant, l’apparition de flambées de leptospirose est davantage liée à l’apparition de catastrophes naturelles telles que les inondations, sans distinguer les pathologies de vie.

Leptospirose chez l’homme : symptômes

Dans certaines situations très rares, la leptospirose ne produit pas de symptômes, mais habituellement un tableau clinique est caractérisé par deux phases généralement, dont la deuxième phase est toujours plus sévère.

Au cours des premiers jours de maladie, la personne atteinte peut ressentir des symptômes très semblables à ceux d’un rhume, caractérisé par :

  • Fièvre
  • Froid
  • Maux de tête
  • Douleurs musculaires.

Après cette première phase, la manière dont la maladie se manifeste dans sa deuxième phase peut avoir différents degrés de gravité :

  • La leptospirose anictérique : c’est la forme la plus fréquente et aussi la manifestation la plus légère de la maladie. Les mêmes symptômes que ceux mentionnés ci-dessus sont présents, généralement plus prononcés. Des symptômes digestifs tels que nausées, vomissements et diarrhées commencent également à apparaître, et la plupart des personnes infectées souffrent de méningite aseptique. Après 4 à 9 jours, le patient peut se rétablir complètement, mais il y a un risque de récidive des symptômes.
  • La leptospirose bactérienne ou maladie de Weil : Cette forme de leptospirose est beaucoup moins fréquente mais aussi beaucoup plus grave. Son nom est dû à une augmentation des niveaux de bilirubine produisant une coloration jaunâtre de la peau et de la conjonctive des yeux connue sous le nom d’ictère, qui s’accompagne également d’inflammation et de douleurs au foie. Une autre caractéristique de cette forme de leptospirose est l’insuffisance rénale, qui peut être très légère ou très grave. Les saignements peuvent être observés à différents niveaux du corps, se manifestant sur la peau avec l’apparition d’ecchymoses et de taches rouges, de saignements de nez, d’hémoptysie et de sang dans les selles. De plus, il peut y avoir une altération de la fonction circulatoire, une altération des composants sanguins et une atteinte pulmonaire.

Traitement de la leptospirose humaine

Le diagnostic de la leptospirose se fait par un test sanguin pour identifier les bactéries ou les anticorps générés par l’organisme pour lutter contre la leptospirose. Lorsqu’une personne a une fièvre aiguë et est exposée à des pathologies où il peut y avoir une exposition accrue à la bactérie (un travailleur agricole, par exemple), la leptospirose devrait être suspectée.

Le traitement du patient dépend beaucoup de la gravité de la maladie. Dans les cas plus légers, le patient peut recevoir des antibiotiques pour réduire la charge bactérienne et des analgésiques anti-inflammatoires pour réduire les symptômes. Les antibiotiques habituellement indiqués sont la pénicilline ou l’un des membres de sa famille, et la doxycycline pour les personnes allergiques à la pénicilline, et les analgésiques sont habituellement l’ibuprofène, le diclofénac ou le naproxène. Les patients légers n’ont pas besoin de soins spéciaux, de sorte qu’ils peuvent être traités à domicile.

Dans les cas les plus graves, le traitement est compliqué, car la fonction hépatique et rénale doit être évaluée. Ces cas doivent être traités en milieu hospitalier et ces patients sont souvent admis à l’unité de soins intensifs. Les antibiotiques doivent être poursuivis, mais n’utilisez pas les analgésiques ci-dessus parce qu’ils peuvent augmenter le risque de saignement ; le paracétamol est administré à la place.

Prévention de la leptospirose

Bien qu’il soit pratiquement impossible d’éradiquer la leptospirose en raison de la grande distribution de la bactérie qui en est la cause chez les animaux, certaines mesures peuvent être prises pour réduire le risque de contracter la maladie :

Tout d’abord, il faut réduire le risque de contact avec les rongeurs et leurs déchets biologiques, qui sont l’une des principales causes de la maladie. Ceci peut être réalisé en renforçant les mesures d’hygiène et en luttant contre l’invasion des rats et des souris dans et autour de notre maison.

Les animaux domestiques et de plein champ peuvent être vaccinés contre la maladie pour diminuer le risque d’infection et ainsi réduire le risque pour l’homme. Il s’agit d’une mesure principalement recommandée pour les personnes vivant dans des zones endémiques.

Les gens qui ont été

Bibliographie

  • Vaccination du chien (poids: 1.09 Mo Ko) – exemples (voir)
  • A propos de l érythème noueux chez lenfant – Startseite (voir)
  • IDEXX Diavet: Chien (voir)
  • Maladieséruptivesdel’enfant – bichat-larib (voir)

A propos de l'auteur

Vanessa

Je termine bientôt mon externat, et essai sobrement de ralentir la cadence des soirées étudiantes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.