Le cancer du col de l’utérus ou du col de l’utérus est l’un des cancers les plus courants du sexe féminin et provoque la formation de cellules malignes dans les tissus de la partie inférieure de l’utérus. Son développement est très lent et se manifeste d’abord par ce qu’on appelle la dysplasie cervicale, qui fait référence à l’existence d’altérations anormales dans les cellules du col de l’utérus, ce qui peut mener au cancer du col de l’utérus s’il n’est pas traité. Cette pathologie est habituellement asymptomatique au début, mais peut être détectée tôt au cours d’un simple examen gynécologique de routine, d’où l’importance d’insister pour que les femmes ne doivent pas ignorer ou oublier ce type de test. Un diagnostic précoce sera essentiel pour que le patient puisse se rétablir favorablement et que le cancer ne se propage pas à d’autres parties du corps.

Chez Detective-Sante.com, nous vous aidons à apprendre tous les détails que vous devez savoir sur le cancer du col de l’utérus, en vous montrant ses causes, ses symptômes et son traitement.

&nbsp ;

Facteurs de risque de cancer du col de l’utérus

On peut distinguer plusieurs facteurs de risque liés au cancer du col de l’utérus, mais le plus important, et celui qui en est la cause principale dans la plupart des cas, est le papillomavirus humain (HPV). Il s’agit d’un virus qui se transmet d’une personne à une autre par contact sexuel et dont on peut distinguer de nombreux types différents. Certains d’entre eux peuvent causer des changements importants dans le col de l’utérus et augmenter le risque de développer ce type de cancer ; cependant, d’autres provoquent l’apparition de verrues dites génitales. Pour en savoir plus sur cette maladie sexuellement transmissible et pour prendre les mesures de prévention appropriées, nous vous recommandons de lire l’article Verrues génitales : transmission, symptômes et traitement.

Les femmes infectées par le VPH ne développeront pas toutes un cancer du col de l’utérus et d’autres facteurs de risque qui influent sur l’incidence du VPH devraient également être pris en considération. Il s’agit de ce qui suit :

  • Avoir un système immunitaire affaibli, que ce soit à cause de la prise de certains médicaments, de transplantations d’organes, d’autres cancers, du VIH, etc.
  • Avoir ou avoir eu une maladie sexuellement transmissible, comme l’herpès génital.
  • Avoir des rapports sexuels non protégés sans utiliser la protection appropriée.
  • Avoir un grand nombre de partenaires sexuels ou avoir des rapports sexuels à un âge précoce.
  • Prendre des contraceptifs oraux pendant une longue période.
  • Fumer.
  • Donner naissance à de nombreux enfants.
  • Les femmes âgées sont plus susceptibles d’être atteintes de ce type de cancer.
  • Avoir des membres de la famille immédiate qui ont eu un cancer du col de l’utérus.

Symptômes du cancer du col de l’utérus

Dans les premiers stades, le cancer du col de l’utérus est habituellement asymptomatique et ne causera probablement pas de signes ou de symptômes visibles. Son développement est assez lent, et c’est pourquoi il est si important d’avoir des tests gynécologiques réguliers pour identifier le VPH ou les cellules anormales, s’il y en a. De plus, son pronostic est beaucoup plus favorable lorsqu’il est détecté tôt.

Lorsque le cancer de l’utérus commence à se développer, une femme peut présenter les symptômes énumérés ci-dessous :

  • Saignements vaginaux anormaux, qui ne sont pas dus aux menstruations et peuvent survenir entre les règles, après les rapports sexuels ou même après la ménopause.
  • Écoulement vaginal inhabituel et abondant, qui peut être de couleur pâle, rosâtre ou brunâtre, sanguinolent et/ou dégageant une odeur nauséabonde.
  • Plus lourd que le flux menstruel normal et des périodes plus longues.
  • Douleur pelvienne, qui peut irradier jusqu’aux jambes.
  • Douleur pendant et après les rapports sexuels.

Dans les cas où le cancer du col de l’utérus est avancé et peut s’être propagé à d’autres parties du corps, le patient peut présenter certains des symptômes suivants :

  • Douleur lors de la miction.
  • Douleurs au dos, aux os et aux jambes.
  • Réduction de l’appétit et de la perte de poids.
  • Fistules vésicales ou rectales.

Il est essentiel que si vous éprouvez l’un ou l’autre des symptômes décrits ici, vous consultiez votre médecin le plus tôt possible. Bien que bon nombre d’entre elles puissent être causées par d’autres affections, il est important d’exclure le cancer du col de l’utérus.

Tests pour diagnostiquer le cancer du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus peut être diagnostiqué précocement par des tests gynécologiques réguliers. Les deux tests les plus importants qu’une femme devrait subir pour prévenir ou détecter cette maladie sont le test de Pap, aussi appelé frottis de Pap, et le test HPV, qui est utilisé pour détecter le virus qui pourrait mener au cancer du col de l’utérus au fil du temps. Il est essentiel que toutes les femmes subissent les tests que leur médecin leur conseille de faire, ainsi qu’un frottis une fois par an si elles ont plus de 21 ans ou si elles ont commencé à avoir des rapports sexuels.

Si le médecin constate des changements anormaux dans ces tests ou soupçonne la présence de cellules cancéreuses, il peut commander d’autres tests comme les suivants :

  • Colposcopie – Elle est effectuée lorsque des cellules anormales ont été vues et permet de voir la surface du col de l’utérus ou du col de l’utérus d’une manière agrandie.
  • Test de Schiller : Le col de l’utérus est enduit d’une solution spécifique pour voir si les cellules sont brunes, car celles qui sont cancéreuses ne tachent pas.
  • Biopsie – un petit échantillon de tissu est prélevé puis examiné au microscope.
  • Les techniques d’imagerie par tomodensitométrie sont utilisées pour vérifier si les ganglions lymphatiques pelviens ou les reins ont été atteints.

Traitement du cancer du col de l’utérus

La façon dont le cancer du col de l’utérus est traité peut varier d’une patiente à l’autre et est déterminée par différents facteurs, tels que le stade du cancer, l’état de santé de la patiente, ainsi que son âge, si elle veut ou non avoir des enfants, etc. Vous trouverez ci-dessous les différents traitements que le spécialiste peut envisager pour cette maladie.

Chirurgie

Le tissu précancéreux ou cancéreux est enlevé. Dans le cas du cancer du col de l’utérus détecté tôt, des procédures chirurgicales telles que la RAD, qui implique l’ablation de tissus par électricité, la cryothérapie, une technique qui gèle les cellules cancéreuses, ou la thérapie au laser, sont habituellement utilisées.

L’hystérectomie est l’ablation de l’utérus et des tissus endommagés à proximité. Dans des cas très extrêmes, l’éviscération pelvienne, qui implique l’ablation des organes pelviens, peut être nécessaire.

Radiothérapie

L’utilisation de radiations de haute intensité pour combattre le cancer peut être conseillée comme traitement unique avant la chirurgie ou en alternance avec la chimiothérapie. Elle peut entraîner certains effets secondaires, comme la fatigue, la faiblesse ou la faiblesse.

Bibliographie

  • Dépistage du cancer du col de l’utérus — quel test choisir (voir)
  • vers un nouveau test Dépistage du cancer du col de l’utérus (voir)
  • Qu’est-ce que le cancer du col de l’utérus – esmo (voir)
  • Note de Cadrage Dep Cancer Col Uterus validée Collège (voir)
  • Dépistage organisé du cancer du col de l’utérus (voir)
  • Test HPV et prévention du cancer du col utérin : pratiques (voir)
  • Généralisation du dépistage organisé du cancer du col de l (voir)
  • DEPISTAGE DES CANCERS DU COL DE L’UTERUS La Lettre (voir)
  • Test sanguin pour le diagnostic des cancers liés aux (voir)

A propos de l'auteur

Bertrand

Interne, passionné par les urgences et la traumatologie. Jeune papa comblé j'espère que mes publications sur detective-sante.com pourront vous servir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.