Le sang, principal fluide vital de l’organisme et des organes qui le produisent, peut développer des anomalies plus ou moins graves, des maladies ou des syndromes qui mettent en danger chaque extrémité de l’organisme. La moelle osseuse, principal producteur de cellules sanguines, peut présenter des syndromes myéloprolifératifs tels que la polycythémie primaire, ce qui entraîne une modification des niveaux de production de globules rouges ou d’autres cellules sanguines, maintenant leurs concentrations sanguines au-dessus des niveaux normaux.

Suivez-nous dans l’article suivant sur Detective-Sante.com pour des informations précises sur la polycythémie primaire : causes, symptômes et traitement.

Causes de la polycythémie primaire

La polycythémie primaire, aussi appelée érythrémie, polycythémie vera ou maladie de Vazquez-Osler, est un syndrome chronique de type myéloprolifératif caractérisé par une augmentation de la concentration de globules rouges (aussi appelés globules rouges ou globules rouges).

Cette inadéquation naît dans la moelle osseuse qui, en raison des altérations des gènes qui commandent l’érythrogenèse, fait en sorte que ces cellules sont produites à un rythme et en quantité beaucoup plus élevés que ce que le corps peut utiliser pour fonctionner correctement. Cela permet au sang de s’épaissir. Ainsi, une polycythémie priamria négligente peut causer des difficultés dans la capacité du sang à circuler. La polycythémie se trouve dans des cas beaucoup moins fréquents, ce qui altère également la production de leucocytes (globules blancs) et/ou de plaquettes.

Ce syndrome est extrêmement rare chez les personnes de moins de 45 ans. Si elle devient plus fréquente chez les personnes âgées de 60 ans ou plus et chez les femmes, avec une incidence inférieure à 8 cas par million d’habitants en Espagne.

Polycythémie primaire : symptômes et complications

Les principaux signes et symptômes de ce syndrome sont dérivés de l’hyperviscosité que le sang se développe dans cette condition, produisant dans la plupart des cas :

  • rougeur de la peau et du visage Parfois, il peut aussi être bleuâtre.
  • Sacré dans la peau
  • Démangeaisons et démangeaisons récurrentes sur tout le corps.
  • Conjonctivite et troubles visuels.
  • Formation de caillots de sang.
  • Essoufflement et étourdissements.
  • Défaillances dans la proprioception (équilibre et localisation spatiale).
  • Maux de tête.
  • Tingles.
  • Augmentation de la chaleur corporelle et du refroidissement éolien interne, et vous pouvez ressentir une forte sensation de brûlure, surtout dans vos mains et vos pieds.
  • Sensation d’enflure et de douleur sous les côtes et sur le côté gauche de l’abdomen, en raison de l’enflure de la rate.

La grande variété de symptômes mentionnés ci-dessus est due à l’épaississement du sang et à la difficulté qu’il cause pour qu’il passe normalement dans tout le corps. Dans certains résultats plus défavorables de la polycythémie primaire, nous pouvons trouver ce qui suit :

  • Thrombose
  • Hémorragie interne grave, surtout dans le système digestif.
  • AVC. AVC. AVC.

Diagnostic de la polycythémie primaire

La plupart des polycythémies primaires qui sont diagnostiquées avant d’atteindre une aggravation avancée sont accidentelles (sans imaginer qu’elles existaient) lors d’un test sanguin de routine, lorsqu’elles trouvent le déséquilibre dans le nombre de différents types de cellules sanguines et de plaquettes.

Des concentrations élevées d’érythrocytes, de leucocytes et/ou de cellules plaquettaires peuvent déclencher les alarmes de ce syndrome. Un ou plusieurs des tests suivants peuvent alors être effectués pour confirmer le syndrome :

  • Biopsie de moelle osseuse.
  • Des radiographies abdominales pour écarter la possibilité d’une polycythémie secondaire.
  • Étude moléculaire pour confirmer l’altération génétique.

Ces études supplémentaires sont pertinentes pour évaluer d’autres altérations du risque potentiel aux niveaux moléculaire et médullaire qui indiquent que la polycythémie est un préambule à d’autres pathologies sanguines comme la leucémie.

Traitement de la polycythémie primaire

Ce syndrome est chronique et jusqu’à présent irréversible, et il n’est possible de contenir l’affection que pour qu’elle ne conduise pas à des maladies graves, c’est-à-dire contrôler les taux de globules rouges et surveiller en permanence l’état de santé général du patient afin de réduire, par exemple, la possibilité de thrombose et de coagulation. Les interventions les plus fréquentes sont :

  • Saignements périodiques ou collecte de sang pour réduire le taux de globules rouges.
  • administration d’aspirine (aspirine)
  • Administration intraveineuse d’hydroxyurée : pour les patients à risque d’accidents thrombotiques, pour lesquels les transfusions sanguines entraîneraient un risque accru.

Tous ces traitements, y compris la prise en charge des cas d’aspirine, l’administration et la posologie, devraient être supervisés par un médecin qualifié qui surveillera le cas et suivra les instructions concernant la fréquence des visites.

A propos de l'auteur

Bertrand

Interne, passionné par les urgences et la traumatologie. Jeune papa comblé j'espère que mes publications sur detective-sante.com pourront vous servir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.