En 1901, Karl Landsteiner, professeur d’anatomie pathologique à l’Université de Vienne, menait une expérience qui allait changer à jamais le cours de la médecine. Il a remarqué que parfois, lorsque le sang de différentes personnes était mélangé en laboratoire, les globules rouges s’agglutinaient pour former des grumeaux. Cela l’a rendu si curieux qu’il a analysé le sang de 22 personnes en lavant les globules rouges et en les plongeant dans une solution saline.

Mélanger le sang

Il a découvert que la raison pour laquelle des grumeaux se forment parfois lorsque le sang est mélangé est que les globules rouges des gens ont des antigènes. Un antigène est un indicateur présent dans toute molécule étrangère à l’organisme : virus, bactéries, toxines…. Si l’organisme reconnaît qu’un antigène est étranger, il se défend en créant des anticorps (qui sont des protéines) propres à cet antigène. Les anticorps lient les molécules dont l’antigène est considéré comme hostile, afin de mieux les éliminer.

Landsteiner a découvert que les globules rouges de chaque personne ont un certain type d’antigène. Landsteiner a découvert trois types d’antigènes dans les globules rouges, ce qui lui a permis de classer le sang humain en trois groupes : O, A et B. Par la suite, les élèves de Landsteiner ont découvert un quatrième groupe : l’AB. Comme le sang d’un même groupe contient le même antigène, le receveur ne rejettera pas le sang d’un donneur de son groupe. Vous ne rejetterez pas non plus le sang du groupe O, même si le vôtre provient d’un autre groupe, car la structure chimique de l’antigène du groupe O est plus simple et est compatible avec les structures des autres antigènes. L’antigène O du sang n’est pas considéré comme une menace pour l’organisme.

Conclusions

En bref, le Dr Landsteiner a découvert la raison pour laquelle certaines personnes sont mortes après une transfusion sanguine et d’autres non : leur sang n’était pas compatible… Cette découverte lui a valu le prix Nobel.

Par la suite, les naturopathes James et Peter D’Adamo ont fait une autre découverte. « Mais c’est une autre histoire et il faut la raconter une autre fois. »

Bibliographie

  • Groupes sanguins ABO : Aspects immunologiques, antigènes (voir)
  • 2°) LE SYSTEME ABO – communauté infirmière (voir)
  • Les groupes sanguins érythrocytaires rares : diagnostic et (voir)
  • Les Groupes Sanguins – Hémovigilance (voir)
  • Groupes sanguins Rhésus : Aspects immunologiques et (voir)
  • IMMUNO-HEMATOLOGIE GROUPES SANGUINS (voir)
  • Régimes et Groupes Sanguins – naturopathie66 (voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.