La fécondation in vitro, aussi connue sous le nom de fécondation in vitro, est une technique de procréation assistée très populaire utilisée par de nombreux couples qui ne peuvent pas concevoir par des moyens naturels, mais aussi par les femmes qui souhaitent devenir mères par elles-mêmes et avec l’aide d’un donneur de sperme. Il est essentiel de comprendre dans quels cas cette option est recommandée, en quoi consiste la procédure étape par étape et quels sont les avantages et les inconvénients de cette alternative avant de prendre la décision finale. C’est pourquoi à Detective-Sante.com nous expliquons en détail tout ce qui concerne la fécondation in vitro, la procédure, les avantages et les inconvénients de ce traitement.

Quand la fécondation in vitro est-elle recommandée ?

La fécondation in vitro n’est pas un traitement adéquat de la reproduction assistée dans tous les cas, il est donc important de savoir quand elle est recommandée.

La fécondation invitro est appropriée pour :

  • Femmes aux trompes de Fallope bouchées.
  • Les femmes qui ont été stérilisées dans le passé et qui veulent maintenant concevoir à nouveau.
  • Patients dont les trompes de Fallope sont absentes.
  • Dans les cas graves d’endométriose.
  • Lorsque la qualité des œufs affecte la reproduction d’une manière naturelle ou si le nombre d’œufs est limité, par exemple à un âge avancé.
  • Si d’autres traitements de procréation assistée ont déjà échoué.
  • Si l’homme a un faible nombre de spermatozoïdes ou des problèmes de mobilité avec lui.
  • Quand une femme veut tomber enceinte avec un donneur de sperme.

Comment fonctionne la procédure de fécondation in vitro ?

La fécondation in vitro est un processus par lequel les ovocytes matures d’une femme sont réunis dans un laboratoire avec le sperme d’un homme pour, après quelques jours, transférer les meilleurs embryons dans l’utérus afin qu’ils soient implantés et que la gestation se déroule.

Ce processus complexe comporte plusieurs étapes :

  • Stimulation ovarienne

Par l’application de médicaments de fertilité, généralement sous forme d’injections, la production des ovaires est stimulée de sorte que, au lieu de donner naissance à un ovule comme ils le feraient naturellement, plusieurs ovocytes sont produits afin d’obtenir une plus grande quantité d’embryons et ainsi garantir un meilleur taux de succès dans ce processus. Au cours de cette phase, des analyses sanguines et des échos transvaginaux peuvent être effectués pour suivre l’évolution du processus.

  • Enlèvement des œufs matures
Lorsque l’on considère que les ovules ont atteint la taille et l’état idéal, on procède à leur extraction au moyen d’une chirurgie mineure et ambulatoire appelée aspiration folliculaire. Cette procédure, qui dure environ 15 minutes, est réalisée avec le patient sous sédatif.
  • Fertilisation des œufs

Parallèlement, un échantillon de sperme est également prélevé sur le couple ou l’échantillon est obtenu du donneur choisi. Une fois les ovocytes extraits, le processus de fécondation doit commencer : les ovocytes et les spermatozoïdes sont placés dans une chambre contrôlée afin qu’ils puissent féconder l’ovocyte, un processus qui se produit habituellement en quelques heures.

Si l’on soupçonne que le risque de fécondation est faible, le sperme peut être injecté directement dans l’ovule, un processus connu sous le nom de ICSI. Dans certains cas, les deux méthodes sont utilisées pour assurer une fertilisation adéquate.

  • Culture embryonnaire

Une fois l’ovule fécondé, il commence à se diviser et à devenir un embryon. Pendant plusieurs jours, ce processus est observé et les embryons sont classés en fonction de leur qualité, ceux qui sont activement divisés sont réservés tandis que ceux qui sont bloqués ou ne continuent pas la division sont éliminés.

  • Transfert d’embryons

Environ 5 jours après le prélèvement des ovules, il est temps de placer les embryons dans l’utérus de la mère. Ce processus est effectué à l’aide d’une canule et dans le cadre d’une intervention ambulatoire qui ne nécessite pas d’anesthésie. Il est courant d’introduire plusieurs embryons pour assurer une plus grande probabilité de grossesse, mais ce faisant, les candidates doivent être conscientes de la possibilité d’une grossesse multiple.

Les embryons qui n’ont pas été utilisés seront réservés pour une nouvelle procédure au cas où la gestation n’aurait pas lieu.

  • Vérification de l’état de gestation

Environ 15 jours plus tard, on vérifiera s’il y a une grossesse ou non. Si l’embryon ou les embryons introduits dans l’utérus ont été correctement implantés, les taux d’hormone hCG auront augmenté, indiquant que la grossesse a bien commencé.

Avantages de la fécondation in vitro

  • Ils offrent une alternative aux couples qui souhaitent concevoir un enfant biologique mais qui, en raison de pathologies gynécologiques différentes ou de problèmes spécifiques avec le sperme masculin, ne peuvent le faire.
  • Comme les embryons de qualité qui n’ont pas été transférés à la femme sont conservés, il est possible de les utiliser lors d’un traitement ultérieur afin d’essayer à nouveau si un autre enfant est désiré ou si la procédure n’a pas fonctionné au départ.
  • Le taux de réussite de cette intervention est considéré comme élevé, oscillant généralement autour de 60 % et atteignant 80 % chez les femmes qui ont subi trois tentatives de fécondation. Si le processus est fait avec des ovules d’une jeune donneuse, le taux de réussite peut être plus élevé.
  • Elle est considérée comme une technique de procréation médicalement assistée peu invasive, de sorte que la femme ne subira aucun dommage physique.

Inconvénients de la fécondation in vitro

  • C’est un processus coûteux et sans remboursement, s’il n’y a pas de gestation, l’argent investi n’est pas remboursé.
  • Le taux de réussite n’est pas assuré et dépend de multiples facteurs tels que l’âge du donneur, la qualité des ovules, la qualité du sperme, etc.
  • Il y a un grand risque de grossesse multiple et les parents doivent donc avoir la disponibilité émotionnelle et financière nécessaire pour faire face à la situation. De plus, les grossesses de ce type sont plus risquées pour la mère et le fœtus, il faut donc les surveiller de près.
La décision de se soumettre à la fécondation in vitro comporte, comme tout processus, des avantages et des inconvénients ; il est donc recommandé de consulter un médecin pour savoir si c’est la bonne alternative pour les personnes concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.