Une question courante pendant l’allaitement est de savoir quels médicaments la mère est autorisée à prendre et lesquels sont interdits pendant l’allaitement. Par exemple, puis-je prendre du paracétamol pendant l’allaitement ? c’est une question récurrente, car ce médicament est indiqué pour soulager de nombreux malaises.

Si vous allaitez ou si votre bébé n’est qu’à quelques jours, cet article vous intéressera. Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur ce médicament et pour savoir s’il est conseillé de le prendre pendant l’allaitement.

L’allaitement maternel et le paracétamol

L’acétaminophène est un analgésique et un antipyrétique qui est administré pour des affections comme les douleurs corporelles, la grippe et la fièvre. Son ingrédient actif est l’acétaminophène et il est le plus recommandé par les médecins lorsqu’un autre type de maladie est suspecté. Par exemple, les maladies tropicales comme la dengue et le zika.

Contrairement à l’ibuprofène, qui est un autre analgésique courant, le paracétamol n’est pas un anti-inflammatoire. Certains spécialistes contre-indiquent la consommation d’ibuprofène pendant l’allaitement parce qu’il a un effet plus important sur l’organisme. De plus, il a tendance à passer plus de contenu dans le lait maternel. Dans ces cas, l’ibuprofène ne devrait être administré que sous surveillance médicale stricte.

Le paracétamol agit directement sur les terminaisons nerveuses en inhibant la douleur. Il agit également sur les récepteurs du cerveau, ce qui le rend plus efficace contre les maux de tête. Il peut être administré à la fois aux adultes et aux enfants, en fournissant la dose appropriée. De plus, il est compatible avec la plupart des antibiotiques et des médicaments antigrippaux.

Puis-je prendre du paracétamol pendant l’allaitement ?

Il y a une prémisse commune qui est utile pour les mères qui allaitent de savoir si elles peuvent ou non prendre un médicament. Si le médecin autorise le bébé à prendre le médicament, alors il est sans danger pour la mère.

Dans le cas du paracétamol, ce médicament est recommandé pendant la période de lactation. Sans risque majeur, la mère peut prendre du paracétamol pendant l’allaitement, même s’il est recommandé comme traitement de la douleur post-partum. Cela s’explique par le fait qu’il ne passe que très peu dans le lait et qu’il ne pose pas de risque pour le bébé. Sauf si vous êtes allergique à l’ingrédient actif.

La chose importante à faire lorsque vous prenez du paracétamol est de ne pas dépasser votre dose quotidienne et de toujours informer votre médecin de ce traitement. En aucun cas, la mère ou tout autre patient ne doit s’automédicamenter.

A quoi sert le paracétamol ?

Les utilisations les plus courantes du paracétamol sont les douleurs associées aux maux de tête ou aux douleurs musculaires. Il fonctionne également très bien pour les maladies liées à la grippe. Il a également un effet antipyrétique pour réduire la fièvre.

La dose recommandée est de 500 à 650 mg toutes les 8 heures et jusqu’à 1 g toutes les 6 heures. Ne pas dépasser 4 g de paracétamol par jour, car après 6 g, on considère qu’il s’agit d’une surdose. Bien que l’on sache que des doses très élevées sont nécessaires pour causer des dommages au corps, il faut éviter les excès.

Les effets secondaires reconnus du paracétamol comprennent l’hypersensibilité à son composant chimique. Ainsi que l’insuffisance rénale et hépatique en cas de surdosage. Les personnes ayant des problèmes rénaux devraient prendre ce médicament sous surveillance médicale stricte.

Le paracétamol peut être pris pendant l’allaitement. Quoi d’autre ?

Malgré les mythes, il existe de nombreux médicaments qu’une mère peut prendre pendant l’allaitement. La chose la plus importante dans ces cas est toujours de consulter le spécialiste au préalable et d’éviter l’automédication.

Lors de la prescription d’un traitement médical pour une mère allaitante, deux variables sont toujours prises en compte. La première est que le médicament ne pose pas de risque pour le bébé ou la mère. Et deuxièmement, qu’il n’affecte pas la production de lait, ce qui arrive parfois avec des antibiotiques et des hormones comme les œstrogènes.

Les médicaments autorisés comprennent les analgésiques comme l’acétaminophène et l’ibuprofène. Ce dernier n’est disponible que sur ordonnance. Dans le cas des antibiotiques, ceux qui sont couramment utilisés, comme l’amoxicilline, sont également considérés comme des médicaments sûrs. De plus, certaines hormones, comme les corticostéroïdes et l’insuline, sont autorisées.

D’autre part, il existe un autre type de médicaments comme les antidépresseurs et certains antihistaminiques qui présentent un risque moyen. Alors que les médicaments donnés dans le traitement du cancer ou des problèmes cardiovasculaires sont complètement interdits pendant la période d’allaitement. Par exemple, l’aspirine, les anticoagulants et les iodures, entre autres.

Bibliographie

  • NOTICE Veuillez lire attentivement l’intégralité de cette (voir)
  • Rhinofebryl PIL BE FR LA 100201 (voir)
  • NOTICE : information de l’utilisateur LYSOMUCIL® 600 mg (voir)
  • f i c h e i n f o r m a t i o n p a t i e n t (voir)

A propos de l'auteur

Vanessa

Je termine bientôt mon externat, et essai sobrement de ralentir la cadence des soirées étudiantes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.