Le mot  » tumeur  » suscite habituellement de la peur au sein de la population parce qu’il a une connotation très négative lorsqu’il est directement associé au cancer, mais une tumeur ne doit pas toujours être associée au cancer. Une tumeur est toute augmentation du volume normal des tissus cellulaires due à un fonctionnement anormal des cellules. Ces cellules peuvent être bénignes ou non, ce qui influencera le traitement que nous effectuons.

La localisation de la tumeur dans le corps est une variante qui peut définir le niveau de danger de la tumeur. Il ne suppose pas le même risque d’avoir une tumeur dans le ventre que dans le cerveau, il sera toujours plus dangereux s’il est dans une zone aussi sensible que c’est la fête. Dans cet article, nous allons connaître les premiers signes et symptômes d’une tumeur au cerveau.

Types de tumeurs

Comme mentionné ci-dessus, il existe des tumeurs bénignes et malignes. Les cellules bénignes sont simplement une accumulation de masse cellulaire qui est produite lentement et progressivement et qui n’a pas une croissance accentuée ou rapide qui pourrait impliquer un dysfonctionnement immédiat dans notre corps. De plus, il n’attaque pas les cellules ou les organes de notre corps. Ils peuvent apparaître dans n’importe quelle partie du corps et ne sont pas liés à un dysfonctionnement de la partie spécifique, de sorte que leur extraction disparaît généralement.

D’un autre côté, il y a les tumeurs malignes. Elles sont constituées d’une ou de plusieurs cellules qui augmentent le volume du tissu cellulaire, se propagent rapidement et envahissent d’autres tissus ou organes. Cette invasion s’effectue par le système lymphatique ou sanguin et produit des altérations dans nos cellules et dans notre bien-être corporel. Ce processus de reproduction cellulaire est connu sous le nom de métastase et la tumeur maligne est ce que nous appelons le cancer.

De plus, ces deux types de tumeurs, c’est-à-dire l’augmentation de la masse tissulaire et la prolifération des cellules, peuvent être provoquées par le fonctionnement anormal d’une seule cellule, et on parlerait alors de néoplasie, ou celle de plusieurs cellules différentes, et dans ce cas on parle d’hyperplasie.

Tumeurs cérébrales

Lorsqu’une tumeur est détectée dans le cerveau, qu’elle soit bénigne ou non, nous sommes confrontés à une situation de risque, car elle peut affecter le fonctionnement neuronal et les connexions neurologiques et pourrait causer des dommages au cerveau et, par conséquent, à d’autres parties du corps. Évidemment, si nous sommes confrontés à une tumeur maligne, les risques sont plus grands et le danger est plus grand qu’autrement.

Une tumeur cérébrale peut être causée par le stockage de cellules dans une zone spécifique ou par des métastases provenant d’une autre tumeur dans une autre partie du corps. Ils sont généralement situés dans la partie interne du crâne, ce qui rend difficile leur visibilité ou leur perception externe. Selon sa localisation, le risque de souffrir d’une tumeur sera plus ou moins grand, puisqu’elle influencera et nuira à l’une ou l’autre région du cerveau et, par conséquent, elle aura un effet sur l’une ou l’autre fonction.

En augmentant la taille du tissu cellulaire et en provoquant une concentration de cellules, il peut créer une pression dans certaines régions du cerveau et, s’il augmente considérablement, il peut générer des mouvements dans le cerveau pour changer subtilement d’emplacement qui peuvent entraîner des dommages irréparables au tissu cérébral.

Signes et symptômes initiaux d’une tumeur cérébrale

Comme nous l’avons dit, la tumeur cérébrale peut avoir des effets très différents selon la région où elle se trouve et les fonctions générées par cette région. Les premiers symptômes peuvent être très subtils et difficiles à observer, car leur répercussion au niveau corporel n’est pas encore grave. Nous allons connaître les symptômes et les signes d’une tumeur au cerveau :

  • Symptômes ciblés : perte de vision, difficultés d’élocution, insensibilité à toute partie du corps, perte d’odorat, incapacité à marcher ou à coordonner les mouvements, etc. Ces symptômes spécifiques sont généralement accompagnés par l’un des autres et sont dus au dysfonctionnement spécifique de la zone affectée par la tumeur.
  • Céphalées et maux de tête : l’obstruction qui peut générer dans le tractus circulatoire la tumeur peut entraîner des maux de tête et des maux de tête.
  • Nausées et vomissements : Une mauvaise circulation sanguine, une circulation sanguine déformée ou une fonction digestive altérée peuvent entraîner des nausées et des vomissements constants.
  • Crises : La tumeur peut affecter le système nerveux général et causer certaines connexions neurales anormales qui causent des crises d’épilepsie et des crises corporelles.
  • Évanouissement : de la même manière qu’il peut provoquer des convulsions, il peut aussi provoquer la perte de tonus musculaire et la chute qui en résulte, mais en pleine conscience ou une mauvaise oxygénation cérébrale qui entraîne une syncope ou un évanouissement.
  • Perte de mémoire : si elle affecte le lobe frontal, nous pouvons remarquer des difficultés à nous souvenir de certains aspects de notre vie, présente ou passée.
  • Manque d’attention : peut altérer l’ensemble de notre système nerveux et causer un manque d’attention et de concentration.
  • Perte de perception de l’espace : lorsqu’elle affecte le lobe temporal, nous pouvons avoir de la difficulté à percevoir l’espace et cela peut nous faire tomber ou faire tomber des objets de nos mains.
  • Perte d’équilibre et étourdissements : indique que la tumeur est dans le cervelet et, par conséquent, ces fonctions sont altérées.
  • Insomnie ou somnolence : notre système nerveux étant affecté, les fonctions de base sont également altérées et nous pouvons souffrir de conséquences telles que l’insomnie ou au contraire la somnolence.
  • La personnalité change : notre personnalité est structurée dans le cerveau. Si vous remarquez qu’il change de façon inattendue, que vous acquérez des comportements que vous n’avez jamais eus auparavant, ou que vous vous sentez dans un changement d’humeur constant, cela pourrait peut-être être une altération due à une tumeur au cerveau.
  • Perte de contrôle de l’intestin et de la vessie : Un autre symptôme est la perte momentanée du contrôle de l’intestin et de la vessie. Il s’agit d’un symptôme très spécifique, mais il peut indiquer l’existence d’une tumeur dans une partie du cerveau.

Diagnostic et traitement des tumeurs cérébrales

Si vous avez remarqué certains des symptômes ci-dessus, il se peut que vous souffriez de la lésion qui cause une tumeur cérébrale, qu’elle soit bénigne ou maligne. Par conséquent, vous devriez consulter votre médecin pour qu’il puisse vous diagnostiquer.
Afin d’établir le diagnostic, des encéphalogrammes, des résonances magnétiques, des analyses sanguines, des radiographies, des échographies, etc. sont effectués. Bref, une série de tests médicaux pour vérifier l’existence de la tumeur et le type de tumeur à laquelle nous sommes confrontés.

Une fois la tumeur cérébrale diagnostiquée, différents types de traitement peuvent être effectués, allant de l’utilisation de médicaments à l’ablation des tissus cellulaires tumoraux, en passant par la chimiothérapie ou la radiothérapie en cas de tumeur maligne, la radiochirurgie, etc.

Le facteur temps est quelque chose d’important dans ces cas et le fait de pouvoir diagnostiquer l’existence d’une tumeur cérébrale dans un état primaire facilitera son traitement ultérieur. C’est pourquoi nous vous recommandons de consulter rapidement votre médecin si vous pensez en souffrir.

Nous espérons que cet article sur les symptômes et les premiers signes d’une tumeur cérébrale vous fournira des informations optimales pour réagir à ces situations.

Bibliographie

  • BIOPSIE STEREOTAXIQUE – renaudbougeard (voir)
  • Anisocorie – nanosweb (voir)
  • Prévalence des maladies rares : Données bibliographiques (voir)
  • Outils Dépistage et de Suivi de la Narcolepsie (voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.