Le syndrome d’alcoolisation fœtale est un groupe d’affections diverses, qui se manifestent chez les enfants dont la mère a consommé des boissons alcoolisées pendant la grossesse. Le bébé peut être affecté par la consommation d’alcool à n’importe quel stade de la grossesse, y compris pendant les premières semaines, lorsque la femme n’est souvent pas consciente qu’elle porte un enfant.

Les effets de l’alcool sur un enfant peuvent être physiques ou comportementaux, tels que des difficultés à apprendre, à comprendre, à communiquer, à socialiser, à contrôler ses émotions ou à mener une vie normale, ce qui peut l’empêcher d’accomplir des tâches quotidiennes comme s’habiller ou se nourrir. Ces altérations durent toute la vie, c’est pourquoi il est essentiel de demander de l’aide si vous ne pouvez pas vous débarrasser des boissons alcoolisées et que vous êtes enceinte. Pour en savoir plus sur les caractéristiques de cette affection, nous vous invitons à poursuivre la lecture de l’article suivant sur le syndrome d’alcoolisation fœtale : symptômes et caractéristiques.

Causes du syndrome d’alcoolisme fœtal

La consommation d’alcool pendant la grossesse peut entraîner les mêmes risques que ceux causés par l’ingestion régulière de cette substance chez n’importe quelle personne. Toutefois, il existe des risques supplémentaires pour le fœtus, car il s’agit d’un être qui n’est pas encore formé et que la substance traverse facilement le placenta jusqu’au bébé, ce qui signifie qu’un pourcentage important de l’alcool est absorbé par le bébé.

Il n’existe pas de niveau de consommation d’alcool sans danger pendant la grossesse, il est donc essentiel d’arrêter de boire de l’alcool et, si vous n’y arrivez pas, il est important de consulter un spécialiste. On pense que plus on boit, plus on a de problèmes, et pendant le premier trimestre de la grossesse, la consommation d’alcool peut être encore plus nocive.

Syndrome d’alcoolisation fœtale : symptômes et caractéristiques

Il existe différents symptômes et caractéristiques du syndrome d’alcoolisation fœtale, en abrégé SAF, qui peuvent considérablement aider à savoir si un enfant souffre de ce trouble. C’est très important si vous voulez identifier le syndrome d’alcoolisme fœtal chez les enfants adoptés, ainsi que dans tout autre cas où la mère a consommé de l’alcool sans savoir qu’elle était enceinte. Les traits les plus caractéristiques de ce syndrome sont les suivants

  • Faible poids à la naissance
  • Le tour de tête est plus petit
  • Un retard dans la connaissance et le développement est démontré
  • Il y a un dysfonctionnement d’un ou plusieurs organes.

    Il existe des anomalies faciales telles que des yeux plus petits que la normale.

    Le pli nasogénien est sous-développé.

    Les joues sont aplaties

    D’autre part, les petits atteints du SAF peuvent souffrir :

      Epilepsie

    • Difficultés de coordination et de motricité
    • Ils ont des difficultés à entretenir des relations sociales ou à interagir dans de grands groupes.

      Les enfants atteints de ce trouble ont tendance à manquer d’imagination et à être peu curieux.

      Ils souffrent de troubles de l’apprentissage

      Avoir une mauvaise mémoire

      Faible capacité à appréhender différents concepts tels que le temps et à comprendre complètement la langue.

      Les personnes atteintes du syndrome d’alcoolisation fœtale ont de faibles capacités de résolution des problèmes et des difficultés de comportement, car elles ont tendance à être hyperactives, à ne pas se concentrer facilement, à être impulsives, anxieuses et têtues.

    Existe-t-il un traitement pour le PAS ?

    Il est important de savoir que la consommation d’alcool peut entraîner des problèmes majeurs à tout moment de la vie, et pour un fœtus en développement dans le ventre de sa mère, ces problèmes peuvent être encore plus importants. C’est pourquoi le principal traitement du syndrome d’alcoolisation fœtale est la prévention, l’important étant d’abandonner ce comportement et, en cas d’impossibilité due à la dépendance, de se tourner vers un centre de réadaptation qui fournit l’orientation et le soutien nécessaires pour le surmonter.

    En revanche, pour les enfants atteints du SAF, le traitement sera associé à différentes thérapies susceptibles de les aider à mener une vie normale, comme le recours à des professionnels pour améliorer leurs capacités de langage, de compréhension et de comportement. C’est très important car, à mesure que l’enfant grandit, il est souvent plus difficile de l’aider à surmonter certaines des caractéristiques de sa pathologie et, à l’âge adulte, il aura une grande incapacité à mener une vie indépendante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.