L‘odeur du vagin est l’un des aspects qui préoccupent le plus les femmes lorsqu’il s’agit de leur santé intime. La vérité est que le vagin est une sorte de métronome pour évaluer l’état physique d’une femme et tout changement dans son apparence, sa douleur ou son odeur est un symptôme à prendre en compte.

Un écoulement nauséabond – généralement pourri – est un état qui peut affecter n’importe quelle femme, quel que soit son âge. En même temps, la manière dont elle se manifeste est également importante et peut nous donner des indices sur son origine, puisque si certaines femmes le remarquent continuellement, il y en a d’autres à qui elle apparaît de façon intermittente.

Dans l’article suivant, nous parlerons spécifiquement de cette condition, en vous donnant tous les indices sur les rejets nauséabonds : causes et traitement.

Comment les odeurs fortes affectent l’écoulement

On pense souvent que le flux de poissons est lié à un manque d’hygiène. Pour tenter d’y remédier, les femmes concernées utilisent différents produits tels que savons, lotions, sprays ou douches pour camoufler et éliminer l’odeur. Cependant, les femmes qui les utilisent finissent par constater qu’aucune d’entre elles ne travaille et, de plus, elles ont tendance à aggraver le problème.

Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’une pathologie qui génère une insécurité, une honte et une anxiété énormes. Cela finit par amener la femme à se fermer au sexe en raison de l’inconfort qu’il lui cause et, dans les cas plus graves, affecte ses relations sociales et sa vie en public. Par conséquent, il est courant pour ces femmes de porter des serviettes personnelles pour se nettoyer souvent, mais quoi qu’elles fassent, l’odeur demeure.

Flux malodorant : causes

L’odeur du flux d’une femme est habituellement assez particulière, mais vous ne pouvez pas parler d’une odeur normale parce que, selon le régime alimentaire et les caractéristiques de chaque femme, chacune a une odeur caractéristique. Ce qui est clair, c’est qu’il ne devrait jamais sentir mauvais. L’odeur désagréable et nauséabonde du poisson est due à un mauvais ajustement du corps et doit être traitée correctement.

Pour comprendre la cause de cette odeur, il faut savoir comment fonctionne le vagin. Dans la zone intime de la femme, on peut trouver différents microorganismes et bactéries, parmi lesquels on trouve ceux connus sous le nom de lactobacilles. Ces lactobacilles sont responsables de sa protection contre les infections, ce qui lui donne l’environnement acide caractéristique du vagin. Cette acidité est mesurée par le niveau de pH, qui doit être maintenu à un niveau élevé, mais lorsqu’ils sont modifiés, ils peuvent finir par modifier l’équilibre des micro-organismes dans le vagin, provoquant la croissance de certaines bactéries et éventuellement des infections.

Lorsqu’il y a un déséquilibre de pH et qu’il y a une infection bactérienne, une pathologie connue sous le nom de vaginose bactérienne apparaît, dont les symptômes comprennent des écoulements de poisson.

Causes de la vaginose bactérienne

Comme nous l’avons déjà expliqué, la vaginose bactérienne est une infection qui se produit dans le vagin lorsqu’il y a une prolifération excessive de bactéries qui, de façon optimale, devrait être en équilibre. Il n’y a pas de cause unique pour cette infection, mais il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent altérer l’équilibre bactérien du vagin, ce qui facilite l’infection. Ces facteurs qui peuvent causer l’odeur vaginale sont :

  • Changer de partenaire sexuel ou avoir des partenaires sexuels différents.
  • Douche ton vagin.
  • Vous prendre en fonction de ce que activbiotiques.
  • Utiliser le dispositif intra-utérin (DIU).

La vaginose bactérienne est plus fréquente chez les femmes sexuellement actives que chez les femmes qui n’ont pas de rapports sexuels, mais il est tout à fait possible que cette infection se produise même chez les filles qui n’ont jamais eu de rapports sexuels. Un autre aspect à garder à l’esprit est que même s’il ne s’agit pas d’une MST, le fait d’avoir une MST peut augmenter vos chances d’attraper une maladie sexuellement transmissible.

Autres symptômes de vaginose

En plus de l’odeur de poisson, il y a un certain nombre de symptômes qui peuvent vous aider à savoir si vous avez une infection. Tout changement soudain dans la nature de votre flux est un signe que quelque chose ne fonctionne pas normalement. C’est pourquoi il est si important de surveiller vos sécrétions et, plus important encore, de connaître les signes d’une infection vaginale. Voici quelques-uns de ces symptômes :

  • Saignements vaginaux en dehors de la période menstruelle.
  • Douleur abdominale ou pelvienne.
  • Démangeaisons et brûlures dans le vagin.
  • Changement dans la consistance de l’écoulement.
  • Couleur gris ou blanc.

Forte odeur : quelle en est la cause ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, il est assez courant pour les femmes qui souffrent d’odeurs vaginales de commencer à nettoyer leurs organes génitaux de façon excessive, en utilisant beaucoup de savon, de douches et en utilisant des produits qui ne font qu’altérer encore plus le pH de la peau, ce qui rend l’odeur plus intense à chaque fois.

Un lavage excessif provoque non seulement la croissance des bactéries, mais aussi le maintien d’un taux d’humidité constamment élevé, ce qui facilite la reproduction des germes. C’est pourquoi je recommande de garder la zone intime et sèche autant que possible.

D’autres choses à garder à l’esprit si vous voulez éviter l’odeur de poisson vaginal sont de ne pas porter des sous-vêtements trop serrés ou tout autre type de vêtements de protection pour camoufler l’odeur nauséabonde. Les deux favorisent l’humidification du vagin, ce qui, comme mentionné ci-dessus, augmente les risques d’infection et, par conséquent, les mauvaises odeurs.

Il en va de même pour les sous-vêtements en matière synthétique, qui rendent difficile la circulation de l’air et l’absorption de la sueur et des sécrétions vaginales, ce qui fait de la zone un environnement propice à la croissance bactérienne. Le meilleur tissu pour cette pathologie est le coton de couleur claire, si possible.

Bibliographie

  • Infections uro-gnitales (non MST) (voir)
  • Pertes vaginales (Vaginose bactérienne, Candidose vulvo (voir)
  • 2 – TOT Bandelette sous urétrale (voir)
  • Infections aigües génitales basses « aux urgences » (chez (voir)
  • Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale (voir)

A propos de l'auteur

Interne, passionné par les urgences et la traumatologie. Jeune papa comblé j'espère que mes publications sur detective-sante.com pourront vous servir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.