Le processus de respiration implique beaucoup plus que l’échange entre l’oxygène de l’environnement et le dioxyde de carbone produit par nos cellules. Le chemin qui mène l’air à nos poumons est complexe et dans ce chemin, une série d’événements ont lieu qui conditionnent l’air pour qu’il soit dans des pathologies optimales lorsqu’il entre dans notre organisme. Lorsque nous respirons longtemps par la bouche, il peut y avoir un certain nombre de problèmes allant de la simple fatigue au développement d’un syndrome.

Si vous vous êtes déjà demandé s’il est mauvais de respirer par la bouche, nous vous invitons à lire cet article sur Detective-Sante.com pour la réponse à cette question.

Situations qui nous font respirer par la bouche.

Certaines pathologies peuvent entraîner une obstruction nasale, ce qui peut bloquer les voies nasales pendant une plus longue période de temps. Le plus courant est le rhume, dû à une production excessive de mucus ou à une inflammation de la muqueuse du nez.

Il peut également y avoir une surcroissance des structures nasales, ce qui provoque un blocage des voies respiratoires, comme dans l’hypertrophie turbinée ou adénoïde, ou une déviation de la cloison ou de la cloison nasale, ce qui rend le passage de l’air difficile et fait respirer la bouche des gens.

Pourquoi c’est mauvais de respirer par la bouche

Lorsque nous respirons normalement par le nez, l’air entre en contact avec une série de structures et d’espaces qui le conditionnent pour être utilisé par notre corps. Les poils nasaux et le mucus emprisonnent la poussière, la saleté et les microorganismes en suspension dans l’air, les anticorps présents dans la muqueuse combattent les virus et les bactéries pour créer une résistance, et les structures appelées cornets et sinus chauffent et hydratent l’air.

La respiration buccale, par conséquent, entraîne l’omission de processus normaux et nécessaires. Premièrement, en l’absence d’exposition aux microorganismes, les cellules immunitaires du nez ne développent pas les défenses nécessaires pour les combattre, ce qui rend les personnes qui respirent plus sujettes aux maladies, en particulier les maladies respiratoires.

Il peut y avoir une sensation constante de fatigue due à un déséquilibre dans la quantité d’oxygène et de dioxyde de carbone entrant dans les poumons, ce qui fait que le corps ne reçoit pas tout l’oxygène dont il a besoin.

De même, lorsque l’air ne passe pas par les sinus, l’oxyde nitrique qu’ils produisent n’est pas acquis, ce qui est nécessaire pour l’utilisation de l’oxygène dans les poumons grâce à un effet vasodilatateur.

Le respirateur buccal a aussi souvent des problèmes d’alimentation, car les mêmes sont utilisés pour les deux fonctions, de sorte que mâcher de la nourriture est souvent peu ou simplement mange peu pour pouvoir respirer, ce qui peut entraîner des problèmes alimentaires.

Syndrome du respirateur buccal

Dans les cas de respiration buccale qui surviennent chez les enfants dès le plus jeune âge et qui ne sont pas corrigés rapidement, le syndrome du respirateur buccal peut se développer. La pression de l’air dans les narines et les sinus est essentielle à la bonne formation des structures de la bouche, du visage et du nez.

Quand on respire par la bouche, l’air n’exerce pas de pression dans les bons endroits et comme la bouche est ouverte pendant longtemps, il y a un changement dans la position des structures osseuses et des dents.

Les faciès adénoïdes sont les expressions faciales que les enfants adoptent lorsqu’ils respirent en vieillissant et se caractérisent par un regard vague avec la bouche constamment ouverte, l’expression de la fatigue, un visage allongé, des pommettes plates, la lèvre supérieure devient petite et la lèvre inférieure s’agrandit, la mauvaise position des dents et le palais profond.

L’effet de la respiration buccale peut être si important qu’il peut même modifier la posture de l’enfant, ce qui l’amène à incliner la tête vers le bas et à plier le dos.

Traitements pour respirateurs buccaux

L’arrêt de la respiration par la bouche peut être complexe, non seulement il est nécessaire d’éliminer la cause de l’habitude, mais il s’agit aussi d’apprendre à respirer par le nez de la personne atteinte. Cette thérapie consiste essentiellement à expliquer au patient ce que devrait être la respiration et à encourager la respiration par le nez tout au long de la journée, en contrôlant le rythme de la respiration.

Grâce à une consultation avec un oto-rhino-laryngologiste, la cause de la respiration buccale peut être identifiée afin d’élaborer un plan de traitement et d’éliminer la pathologie causale. Le traitement des affections qui précipitent la respiration buccale est habituellement amorcé par un traitement médicamenteux pour tenter de diminuer le facteur étiologique. Il s’agit généralement d’allergènes, d’anti-inflammatoires ou de médicaments vasoconstricteurs. Parfois, la chirurgie est nécessaire pour corriger les structures anatomiques qui causent l’obstruction.

Lorsqu’il y a une altération au niveau de la bouche en raison du syndrome du respirateur buccal, elle peut souvent être éliminée en temps opportun par la mise en place d’appareils orthopédiques dentofaciaux, qui redirigent le développement de l’os et des dents pour conclure dans une position appropriée. Si le patient est un adulte, un traitement orthodontique est recommandé pour corriger les mauvaises positions.

Bibliographie

  • Introduction générale à la mallette ou au thème abordé (voir)
  • Evaluation d’un stridor chez l’enfant – Swiss Paediatrics (voir)
  • ALCOOL ISOPROPYLIQUE – cir-chimie (voir)
  • Le larynx de l’enfant Les Dyspnées Laryngées (voir)
  • Cours de base RCAE JP Pousset – 2014 (voir)

A propos de l'auteur

Loic

Pour faire simple, la santé c'est mon métier ! L'orthographe (surtout sur un clavier d'ordinateur) un peu moins, n'hésitez pas à me tirer les oreilles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.