Par gynécomastie, nous entendons le développement anormal des seins chez l’homme, c’est-à-dire une augmentation incontrôlée de la taille des glandes mammaires. Il y a certaines étapes de la vie, par exemple pendant la puberté, où cette situation est habituelle et transitoire, mais il y a d’autres pathologies dans lesquelles elle n’est pas normale. Parmi les problèmes dérivés de la gynécomastie, en plus des complications physiques possibles, nous trouvons que cette pathologie est quelque chose qui peut causer des soucis et affecter psychologiquement les hommes qui en souffrent.

Dans cet article, nous vous expliquerons tout ce que vous devez savoir sur la gynécomastie : ce qu’elle est, les causes et les traitements, ainsi que certaines pathologies médicales qui peuvent la provoquer.

Gynécomastie chez l’homme : causes

Au cours des premiers stades du développement embryonnaire, les fœtus n’ont pas de sexe distinct mais commencent néanmoins à développer des structures corporelles, comme les glandes mammaires, mais chez les mâles, le développement de ces organes s’arrête. En trois étapes de la vie, la croissance peut être reprise brièvement avec la caractéristique d’être autolimitative connue sous le nom de gynécomastie physiologique :

  • Gynécomastie néonatale – se produit dans le nouveau-né en raison de l’exposition aux hormones placentaires. Ils sont résolus en quelques mois.
  • Gynécomastie pubertaire : jusqu’à 70% des adolescents mâles peuvent souffrir de cette condition. Elle survient habituellement vers l’âge de 14 ans et ne dure généralement pas plus de 14 mois.
  • Gynécomastie sénile : est observée chez environ 60 % des hommes de plus de 45 ans en raison d’une diminution de la testostérone et d’une augmentation de l’œstrogène.

En dehors de ces trois stades, toute situation qui modifie l’équilibre entre les androgènes et les œstrogènes (hormones mâles et femelles) peut conduire à la gynécomastie, connue sous le nom de gynécomastie pathologique. Parmi ses principales causes, on peut citer :

  • Développement de tumeurs dans les testicules ou les glandes surrénales.
  • Hypothyroïdie ou hyperthyroïdie.
  • Insuffisance hépatique ou rénale.
  • Le syndrome de Klinefelter.
  • Mauvaise fonction testiculaire (hypogonadisme).
  • Drogues et médicaments tels que : alcool, amphétamines, marijuana, stéroïdes anabolisants, chimiothérapie, antidépresseurs tricycliques, etc.

Il est important de distinguer la gynécomastie de la pseudogynécomastie, qui est l’augmentation du tissu adipeux dans la région de la poitrine à la suite d’un gain de poids.

Symptômes de la gynécomastie

Fondamentalement, la seule chose à laquelle on se réfère est la croissance d’une masse ferme ou élastique dans la région pectorale derrière et autour de l’auréole, et dans la plupart des cas, elle est bilatérale mais ne peut se produire que d’un seul côté. Il peut y avoir de la douleur dans la zone affectée, ainsi qu’une sensation accrue. La gynécomastie peut être classée en fonction de sa taille :

  • Grade I : la croissance est légère et concentrée dans la zone de l’auréole.
  • Grade II : il y a une croissance modérée, qui est diffuse et généralement accompagnée de graisse. Peut ou non resserrer la peau.
  • Grade III : la croissance est importante et produit un surplus de peau.
Le principal problème de la gynécomastie est l’impact psychologique sur les hommes de la féminisation de leurs seins, conduisant à l’embarras et à des comportements de dissimulation.

Diagnostic de Gynécomastie

L’évaluation clinique de la personne atteinte, accompagnée d’une fiche d’antécédents médicaux indiquant l’âge, l’évolution, les symptômes et les antécédents, est généralement suffisante pour poser un diagnostic de gynécomastie.

Il est important d’évaluer la fonction des reins, de la thyroïde et du foie, car ceux-ci peuvent être liés au développement de la gynécomastie. Renseignez-vous également sur la consommation de drogues et de médicaments.

La palpation permet de déterminer le contenu de la masse en croissance et de différencier ainsi une pseudogynécomastie d’une véritable gynécomastie. Lorsque cette masse est de consistance ferme, il s’agit généralement de tissu glandulaire, et si elle est molle, il s’agit de tissu adipeux. Une mammographie peut être utile, mais elle n’est pas complètement nécessaire. La taille de la masse et la croissance de la peau dans la zone doit également être évaluée.

La palpation testiculaire devrait également être faite pour évaluer la taille et la symétrie, ainsi que la présence de nodules ou de tumeurs. L’évaluation d’autres caractéristiques sexuelles secondaires, comme la quantité de poils sur la poitrine ou la masse musculaire, aide souvent à identifier les changements dans la production d’hormones sexuelles.

Traitement de la gynécomastie

Tout d’abord, il faut mentionner qu’il n’y a pas de traitement indiqué pour la gynécomastie physiologique à moins qu’ils ne présentent des problèmes tels que la croissance excessive, l’affectation psychologique ou la durée prolongée de la condition. Dans ces cas, le patient est traité avec des médicaments hormonaux (androgènes ou anti-oestrogènes).

Le traitement de la gynécomastie pathologique vise vraiment à contrôler la pathologie qui a précipité les changements hormonaux. Cependant, parfois, une intervention chirurgicale est nécessaire pour enlever la masse en croissance.

La chirurgie peut être plus ou moins complexe selon la taille et les caractéristiques de la croissance :

  • Adénectomie simple – Il s’agit d’enlever le tissu glandulaire lorsque la croissance n’implique pas de tissu adipeux ou une augmentation de la peau.
  • Liposuccion : lorsque la croissance du tissu adipeux, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une pseudogynécomastie.
  • Adénectomie avec liposuccion : dans les cas où il y a croissance des deux types de tissus.
  • Résection cutanée : Il est nécessaire de compléter la chirurgie par une élimination de l’excès de peau lorsque la croissance produit un étirement de la peau.

A propos de l'auteur

Bertrand

Interne, passionné par les urgences et la traumatologie. Jeune papa comblé j'espère que mes publications sur detective-sante.com pourront vous servir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.