Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est un trouble neurologique dont la manifestation principale est le besoin urgent et incontrôlable de bouger les jambes au repos en raison d’une série de sensations anormales très inconfortables dans les jambes. Les patients qui en souffrent les décrivent souvent comme si quelque chose glissait ou bougeait à l’intérieur de leurs jambes, causant des picotements, des tremblements, de l’inconfort, des brûlures et d’autres symptômes. C’est une pathologie qui est plus prononcée la nuit, ce qui explique pourquoi le reste des patients est sévèrement affecté. Pour remédier à cette situation, il est nécessaire de traiter la maladie avec les médicaments appropriés, si nécessaire, et de prendre en compte certaines recommandations qui sont essentielles pour réduire le tableau des symptômes. Dans cet article, nous expliquons en détail les causes, les symptômes et le traitement du syndrome des jambes sans repos.

Causes du syndrome des jambes sans repos

À l’heure actuelle, les causes du syndrome des jambes sans repos (SJSR) ne sont pas tout à fait claires, mais malgré cela, les spécialistes ont identifié plusieurs facteurs comme déclencheurs possibles dans les différents cas. Il a été observé qu’environ 50% des patients souffrant de cette pathologie le font pour des raisons génétiques, c’est-à-dire qu’ils ont un parent direct affecté. De plus, ils ont déclaré que ces patients ont tendance à présenter des symptômes du SJSR à un plus jeune âge et ont une progression plus lente de la maladie.

En plus des causes génétiques, il y a d’autres affections qui peuvent être liées au SJSR, et celles-ci sont énumérées ci-dessous :

  • Anémie ou faible taux de fer : Une fois que les taux de fer optimaux sont atteints, les symptômes du syndrome sont habituellement grandement réduits.
  • Dans ce cas, les symptômes du SJSR disparaissent généralement après l’accouchement.
  • Avoir tout type de maladie chronique, comme le diabète, la maladie de Parkinson, les lésions rénales ou la neuropathie périphérique.
  • L’utilisation de certains médicaments, tels que ceux destinés à prévenir les nausées, les rhumes, les allergies, les crises d’épilepsie et les antipsychotiques.

Il y a d’autres cas dans lesquels le patient a un syndrome de jambe idiopathique, ce qui signifie qu’il n’y a pas d’antécédents familiaux de cette maladie ou de lien avec l’état d’un autre type de pathologie, comme ceux mentionnés ci-dessus. Les médecins ont également noté que des substances telles que la caféine, le tabac et l’alcool peuvent aggraver les symptômes de ce syndrome.

Symptômes du syndrome des jambes sans repos

Bien que chaque patient puisse avoir un degré d’intensité différent, le principal symptôme du syndrome des jambes sans repos est une série de sensations inconfortables dans les membres inférieurs au repos, accompagnées d’un besoin irrésistible et irrésistible de bouger les jambes pour essayer de soulager temporairement l’inconfort. Les sensations les plus communes que les personnes affectées ressentent habituellement sont :

  • Jolting.
  • Des picotements.
  • Blessures par perforation.
  • Brûlure et chaleur dans les jambes.
  • Douleur dans les jambes.
  • Nervosité.

Habituellement, tous ces symptômes affectent le plus souvent la partie de la jambe située entre le genou et la cheville, bien qu’ils puissent également se produire dans d’autres régions comme les cuisses. La plupart des patients rapportent également que ces sensations inconfortables sont beaucoup plus prononcées en fin d’après-midi ou pendant la nuit en position assise ou couchée, ce qui nuit à un bon sommeil et rend très difficile l’endormissement. Parmi les autres situations dans lesquelles le SJSR peut s’intensifier, mentionnons les longs trajets en voiture, la position assise prolongée, les longs vols, les exercices de relaxation, etc.

Traitement du syndrome des jambes sans repos

Si vous avez l’un des symptômes ci-dessus ou si vous pensez avoir le SJSR, il est conseillé de consulter votre médecin, car il ou elle peut diagnostiquer la maladie en étudiant les symptômes, les antécédents médicaux du patient et en effectuant certains tests, si nécessaire, comme une analyse ou une étude approfondie du sommeil.

Les patients qui souffrent le plus souvent des symptômes du SJSR auront besoin d’un traitement pharmacologique pour les soulager. Premièrement, il est essentiel de traiter la pathologie médicale qui peut déclencher ou aggraver les symptômes, comme le diabète ou la neuropathie périphérique. D’autre part, la dopamine, les opioïdes, les benzoziazépines ou les anticonvulsivants peuvent être prescrits selon le patient. Au début, les médecins prescrivent généralement ces médicaments à faible dose pour éviter d’éventuels effets secondaires, bien qu’ils puissent être augmentés en fonction des besoins spécifiques de chaque cas.

En plus des précédents, il y a maintenant un nouveau médicament qui permet le traitement du SJSR tout au long de la journée, car il s’agit d’une sorte de patch qui adhère à la peau et libère des agents dopaminergiques qui peuvent réduire et soulager les symptômes qui se produisent pendant la journée et la nuit.

Recommandations pour les patients atteints de SJSR

Une grande majorité des patients atteints de SJSR présentent des symptômes légers à modérés et, dans ces cas, on peut les soulager et les réduire en apportant des changements au mode de vie et en tenant compte de certaines recommandations. Cependant, il s’agit également de mesures appropriées pour ceux qui reçoivent un traitement pharmacologique. Les plus importantes d’entre elles sont énumérées ci-dessous :

  • Prenez des suppléments de fer, de folate ou de magnésium, si votre médecin vous le recommande.
  • Réduisez ou évitez les substances comme la caféine, l’alcool ou le tabac qui peuvent aggraver considérablement les symptômes.
  • Établir un rythme de sommeil régulier en allant au lit et en se levant en même temps. Il est également conseillé de se détendre avant d’aller au lit, en prenant un bain chaud par exemple, et de garder la chambre à coucher calme, tranquille et confortable.
  • Faites de l’exercice régulièrement et modérément, bien que l’exercice intense devrait être évité dans les dernières heures de la journée.
  • Faites des exercices d’étirement, par le biais de disciplines comme le yoga ou le Pilates, par exemple.
  • Gardez votre esprit occupé.
  • Les massages des jambes et les compresses chaudes sont de bons traitements naturels pour soulager les symptômes et procurer un soulagement. Vous pouvez trouver plus d’options comme celles-ci dans l’article Remèdes à domicile pour le syndrome des jambes sans repos.

A propos de l'auteur

Vanessa

Je termine bientôt mon externat, et essai sobrement de ralentir la cadence des soirées étudiantes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.