Un cystocèle ou prolapsus de la vessie fait référence à l’abaissement ou à la chute de la vessie dans le vagin à la suite d’un affaiblissement ou d’un étirement important des muscles de la région pelvienne. Dans les cas plus graves, la vessie peut commencer à sortir du corps par l’ouverture du vagin. Cette pathologie est beaucoup plus fréquente chez les femmes qui ont eu de multiples accouchements ou naissances compliqués et ménopausiques et qui nécessitent un traitement ou un autre selon le degré de gravité, car dans les cas modérés ou graves, il peut être nécessaire de recourir à la chirurgie pour ramener la vessie à sa position initiale ; cependant, dans certains cas très légers, ils peuvent être suffisants pour effectuer certains exercices pour renforcer le sommeil pelvien et prévenir la progression du prolapsus.

Dans cet article, nous discutons en détail du prolapsus de cystocèle ou de la vessie : symptômes, grades et traitement.

Causes de la cystocèle

Au fil du temps, les muscles et les structures qui soutiennent et maintiennent l’utérus, la vessie, le rectum et le vagin en place peuvent perdre leur élasticité et entraîner le prolapsus ou la descente de certains de ces organes.

Il y a plusieurs facteurs qui peuvent causer le prolapsus vésical et la visualisation d’une masse dans le vagin. Les principales causes du cystocèle sont les suivantes :

  • Grossesse et accouchement : les accouchements très longs ou compliqués, les bébés lourds ou les bébés qui ont subi de multiples accouchements provoquent une forte sollicitation des muscles du plancher pelvien, ce qui peut entraîner leur affaiblissement et, par la suite, l’abaissement de la vessie.
  • Surpoids ou obésité : Les femmes qui sont en surpoids ou obèses ont un risque plus élevé de cystocèle parce que leurs muscles pelviens sont soumis à un plus grand stress.
  • Vieillissement : Lorsqu’il atteint le stade de la ménopause, le corps de la femme subit une baisse du taux d’œstrogènes, ce qui entraîne, entre autres, un affaiblissement du plancher pelvien.
  • Efforts : Le soulèvement répété de charges lourdes, la toux chronique ou la constipation grave et prolongée peuvent également causer une faiblesse des muscles pelviens.
  • Chirurgie – Certaines chirurgies pelviennes, comme l’hystérectomie, peuvent augmenter le risque de prolapsus vésical.

 

Symptômes de cystocèle

Il est important de noter que dans les cas plus légers de cystocèle, le patient peut ne pas remarquer de symptômes. Cependant, lorsque des signes se manifestent, les symptômes de la cystocèle peuvent inclure ce qui suit :

  • Sensation de lourdeur ou de pression dans la région pelvienne et la vessie. Cet inconfort est généralement pire lorsque vous vous levez, toussez, éternuez, riez, courez, courez, prenez du poids, etc.
  • Sensation de ne pas avoir vidé complètement la vessie même après avoir uriné.
  • Incontinence urinaire ou fuite involontaire d’urine.
  • Remarquez la présence d’une masse dans la région génitale. Dans les cas plus graves, elle peut dépasser de l’ouverture vaginale.
  • Infections répétées des voies urinaires.
  • Douleur dans le bas du dos.
  • Difficulté à passer les selles ou la constipation.
  • Douleur ou inconfort pendant les rapports sexuels.
  • Inconfort lors de la miction.

 

Cystocèle : degrés

Les symptômes du prolapsus vésical seront plus ou moins graves selon le degré de cystocèle présent. Selon le niveau de descente de la vessie, les spécialistes ont déterminé qu’il peut être classé en :

  • Grade I : prolapsus léger, la vessie ne descend que légèrement le long du canal vaginal.
  • Grade II : prolapsus modérateur, la vessie descend dans l’ouverture vaginale.
  • Grade III : prolapsus sévère, la vessie dépasse vers l’extérieur à travers le vagin.

Si vous soupçonnez que vous avez la cystocèle ou les symptômes décrits ci-dessus, il est essentiel de consulter votre médecin ou gynécologue pour un examen physique et les tests appropriés dans chaque cas.

Diagnostic de la cystocèle

Le diagnostic de la cystocèle consistera en une étude initiale des symptômes de la patiente et un examen physique de la région pelvienne pour vérifier s’il y a une masse à l’intérieur du vagin indiquant le prolapsus. On peut demander au patient de contracter les muscles du plancher pelvien pour vérifier la force des muscles et s’il y a ou non fuite d’urine.

D’autres tests médicaux qui peuvent être recommandés pour vérifier qu’il s’agit d’un cas de vessie tombante sont les suivants :

  • Analyse d’urine
  • Analyses de sang
  • Ultrasons
  • Radiographie
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM)
  • Test urodynamique
  • Cystoscopie

 

Traitement de la cystocèle

Le traitement de la cystocèle variera d’un cas à l’autre selon le degré de prolapsus présent et les symptômes qui causent la condition.

Dans les cas très légers, les exercices de Kegel peuvent être suffisants pour renforcer les muscles pelviens et empêcher la vessie de se déplacer vers l’avant.

Pour les faire correctement, vous devez contracter le muscle pubcoxygénétique (comme si vous vouliez arrêter l’écoulement de l’urine pendant la miction) pendant environ 5 secondes, puis vous détendre à nouveau pendant 5 autres secondes. Dans l’article Kegel’s Exercises for Uterine Prolapse nous l’expliquons plus en détail.

Le spécialiste peut recommander un traitement à l’œstrogène pour les femmes qui ont déjà connu la ménopause. L’œstrogène aide à garder le plancher pelvien fort et empêche le prolapsus de la vessie de s’aggraver. Il peut être administré par voie orale au moyen d’une pilule, par voie topique au moyen d’une crème ou en insérant un anneau dans le vagin.

Chez certaines patientes, un anneau de plastique ou de caoutchouc, appelé pessaire, peut être placé à l’intérieur du vagin pour maintenir la vessie vers le haut et l’empêcher de continuer à descendre.

Dans les cas modérés à graves, la chirurgie cystocèle peut être nécessaire pour ramener la vessie dans sa position initiale. Un petit filet peut être placé pour maintenir la vessie en place afin d’éviter qu’elle ne redescende.

L’intervention a généralement de très bons résultats, il est possible que l’anesthésie générale ou régionale puisse être utilisée selon les cas. Sa durée est assez courte et ne nécessite généralement pas que le patient passe plus de 24 heures à l’hôpital.

Chirurgie des cystocèles – rétablissement

Après avoir subi une chirurgie cystocèle, il est important que le patient suive ces recommandations pour profiter d’une bonne récupération et éviter les complications :

Évitez de soulever des poids ou des objets pesant plus de 4,5 kg, surtout dans les 6 semaines suivant l’opération.

Repose-toi.

N’introduisez pas d’éléments ou de produits, tels que des tampons, dans le vagin pendant les 6 semaines suivantes.

Évitez les rapports sexuels jusqu’à environ 1,5 mois après l’intervention chirurgicale.

Buvez

Bibliographie

  • 2 – Prolapsus voie vaginale – urofrance (voir)
  • 2 – Prolapsus Promontofixation (voir)
  • Troubles mictionnels de la femme Dysurie, urgenturies (voir)

A propos de l'auteur

Elsa

J'entame ma deuxième année d'internat avec enthousiasme. La médecine, ma vocation depuis toujours.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.